mercredi 12 juillet 2017

LE CHATEAU DE THOIRY (Yvelines).

Le château de THOIRY date du XVIe siècle, certaines modifications y ont cependant été apportées au XVIIIe et au XIXe.

Le château : façade côté parc.

Il a été construit au sommet d'une colline entre 1562 et 1580 par le maître maçon Olivier Ymbert , qui avait déjà travaillé au château de Rambouillet; il  le fut pour le compte de Raoul Moreau, trésorier de l'épargne du roi Henri II, sur un site occupé dès le XII e siècle. Il était accompagné de dépendances: ferme, écuries, bergeries, colombier.

                                                       La façade côté entrée du site.
     Il comportait à l'origine un corps de logis accompagné de deux pavillons rectangulaires. S'y sont ajoutés vers 1580 deux pavillons carrés bordant une cour; dans l'un d'eux est aménagée une chapelle. Au XVIIIe, deux pavillons à deux étages sont adossés aux pavillons originaux, et un jardin à la française est aménagé.

                                               L'allée aux buis taillés en forme d'animaux.
                                          On aperçoit à droite la chapelle,ajoutée en 1580.

                                          Perspective vers la route de Neauphle le Château.
                                                    Une somptueuse allée d'honneur.

Retour à la façade côté parc.
Vers 1840, cette façade est rhabillée de pierre et le jardin est mis au goût du jour. En 1965, le compte Antoine de La Panouse ouvre le château au public. On peut visiter certaines pièces du rez-de chaussée. Le château a traversé la Révolution sans dommage et son mobilier de différentes époques y a été conservé.

Perspective côté parc.
Thoiry est maintenant surtout connu par son safari-zoo, créé par le comte de La Panouse. Mais son château mérite une visite, incluse d'ailleurs dans le prix d'entrée du zoo.

                                                                   Photos: JMS.

                                                             LES PROPRIETAIRES:

Ils étaient des personnages importants, à commencer par Raoul Moreau, le bâtisseur (2e moitié du XVIe s) trésorier de l'épargne du roi Henri II. En 1609, le château est acquis par Guillaume Marescot, et c'est la même famille qui durant 13 siècles restera propriétaire, la transmission se faisant souvent par les femmes. On peut citer au XVIII e siècle la famille de Vatan, puis les Machault d'Arnouville: Charles de Machault d'Arnouville était le garde des sceaux de Louis XV.C'est Henriette de Machault d'Arnouville, devenue duchesse de Vogüe, qui fit moderniser el château vers 1840. La famille de La Panouse, qui possède Thoiry depuis le XIXe siècle, est l'héritière de cette lignée.

Château de Thoiry: le salon vert. Photo: château de Thoiry.

A VOIR AUSSI:

                                              IMAGES DU ZOO DE THOIRY.





samedi 22 avril 2017

A LA DECOUVERTE DES ARBRES REMARQUABLES DU DOMAINE DE COURSON (ESSONNE):

LE PARC DE COURSON, UN VERITABLE ARBORETUM.

Le parc du château de Courson compte plus de 300 espèces différentes d'arbres, ce qui en fait un véritable arboretum, qui s'est constitué d'apports successifs  du XVIIe siècle (époque de la construction du château par Guillaume de Lamoignon), du XIXe (plantations à l'initiative du duc de Padoue en 1820, intervention des frères Bühler, jardiniers, en 1860 - les cyprès chauves, tulipiers de Virginie, pins laricios de Corse datent de cette époque), du XXe ( plantation du massif de conifères, des ensembles de rhododendrons et d'azalées qui bordent l'étang par le comte Ernest de Caraman entre 1920 et 1950; plantation de 3000 arbres depuis 1980 ...). Il s'est modelé, ordonné au fil de  ces interventions successives
Voici quelques uns  de ces arbres  et des perspectives décoratives, fleuries notamment, qui y ont été ménagées:                                                                               
                            
                                                    Le jardin de conifères (créé en 1920).

Cyprès chauve de Louisiane (1860) : ainsi appelé car c'est le seul conifère qui perd ses feuilles en hiver.
Autre particularité: les pneumatophores, ces sortes de racines émergentes qui lui permettent de respirer si la base de l'arbre est plongée dans l'eau.

                                              
Perspective avec statue, accompagnée d'un tilleul centenaire.

Effet miroir de l'étang.

Autre.


Cèdre bleu pleureur de l'Atlas. Il résulte d'une mutation génétique naturelle du cèdre bleu.

Cryptomeria du Japon (arbre sacré là-bas, communément planté autour des temples).


Bel agencement d'arbres dans le coin des rhododendrons et des azalées.

Magnifique cornouiller des pagodes (Chine).
Il est issu bizarrement de deux cornouillers entièrement verts: les espèces mutent...


Bel agencement encore  de formes et de couleurs ici : azalées, rhododendrons, érable...

Erable sycomore

Exochorde "The bride"- "arbre de la mariée".

Plus près.


Le coin des camellias (déjà en fin de floraison).

Encore beau, celui-ci.

Cornouiller du Pacifique.

Fleurs.
                                                                                       
Platanes de 1860 au tronc penché (recherche de la lumière).

Belle écorce du cerisier du Tibet.

Et voici son feuillage...

Cèdre bleu du Maroc.

Beaux arbres, à belles formes :


Chêne rouvre de 1860.


Un coup d'œil vers le château.


DE L'AUTRE COTE DE L'ETANG:


Tache rose d'une azalée et au fond des pins noirs de Corse ou pins laricio (1820).


De nouveau la tache rouge et rose d'un bosquet d'azalées.

Liquidambar d'Amérique du sud. Si l'on l'entaille, il en coule de l'ambre, une résine à odeur de cannelle utilisée en parfumerie notamment. Les indiens cherokee l'utilisaient comme chewing gum.


Tulipier de Virginie. A la fin du printemps ou en été, il développe de belles fleurs.

Grand sequoia de 1860, classé arbre remarquable de France.

Parrotie de Perse, ou "arbre de fer", ainsi appelé à cause de la dureté de son bois. En automne , il vire au jaune, puis au rouge.


De merveilleux pommiers du Japon en fleurs.

Dans le petit bois de magnolias.

Fleur de magnolia.

If, à la fois poison et plante médicinale.
A gauche, serre de Delarue (1860)

Et aussi de magnifiques marronniers dans le parc.

Du nouveau à Courson (printemps 2017):

* Le "parcours d'Hippolyte", un parcours ludique et pédagogique  pour les enfants de 7 à 12 ans , qui leur permettra de découvrir les différentes espèces d'arbres et leurs caractéristiques parfois étonnantes, a été aménagé.

Voir à ce sujet notre article:

* Le parc est  aussi ouvert désormais en semaine de 14 à 18h.
Plusieurs écoles  ont déjà prévu une sortie pédagogique utilisant  le "parcours d'Hippolyte ".Mais cela peut se faire aussi agréablement en famille.
En dehors des visites libres, des visites guidées du parc pour des groupes d'adultes sont également possibles.

*Pour toutes précisions, voir le site du domaine de Courson:

mardi 28 mars 2017

DANS LA LUMIERE DU PRINTEMPS AU PARC DE MORSANG SUR ORGE:

* 27 MARS:





µ



Plumes gonflées, deux foulques mâles se battent pour une belle...











                                                             Corbeaux perchés.


                                     Les corbeaux sont-ils sensibles à la beauté des fleurs?
        Pourquoi s'installer justement au milieu des pâquerettes alors qu'il y a tant de verdure autour?

                                                               * 14 AVRIL:
               Beauté d'un parc dans la lumière du printemps...





































A SUIVRE...